|
02.09.2011 12:01 - Boris ne renonce pas !
: boristanouscheff :   
: 1540 : 0 :
0



Boris ne renonce pas ! Publi : le 30/06/2011 par comitecedif image

Boris a construit un chteau pour ses enfants, pourront ils un jour le peupler de leurs cris de joie ?

Ce que vivent Daniela et Boris est un dchirement de leur famille dont les traces sont d’ores et dj ineffaables.

Tous deux de nationalit Bulgare, ils viendront s’installer en France en 2001, Boris y trouvera un emploi, puis se spcialisera dans l’informatique. Ils taient d’abord unis par une profonde amiti et Boris a soutenu Daniela alors qu’elle attendait un enfant d’un autre homme, puis ils se sont unis et ont eu trois autres enfants. Mme si leur train de vie est modeste et leur appartement strasbourgeois peu spacieux, Boris, par son travail, peut subvenir aux besoins de la famille et s’investir dans son rle de mari et de pre.

Mais sa femme dprime, elle se sent dracine en France. Elle se confie celle en qui elle n’aurait pas d avoir confiance, elle pense qu’elle aurait besoin d’aide car sa situation lui pse. Et l, comme souvent, dans les affaires de placements d’enfant, le cauchemar commence.

Le dcor est pos, une vulnrabilit au sein de la famille, une confidente qui s’immisce dans la vie de Boris et Daniela, le besoin formul d’une main tendue et la machine sociale alinante s’abat sur cette famille.

C’est une bonne conscience dgoulinante de ses vertus sociales, un enfer pav de fausse bonnes intentions rabches un public de nafs qui va les craser. Ronald Reagan nous l’avait bien dit The nine most terrifying words in the English language are : I am from the government, and I am here to help . Soit en franais, les neufs mots les plus terrifiants sont : “Je suis fonctionnaire et je suis l pour aider .

Voila donc comment Boris et Daniela furent aids.

Leur situation va faire l’objet d’un signalement auprs des services sociaux par le fait de cette confidente . La fille ane sera place chez elle contre rmunration de cette tiers de confiance , quant aux autres enfants ils seront d’abord mis sous observation puis placs dans une famille d’accueil.

Daniela ne supporte pas cette situation, elle est interne dans un hpital psychiatrique. Boris pour rencontrer ses enfants, se lancer dans des procdures et sortir sa femme de l’hpital, ne peut plus assumer sa charge de travail et doit dmissionner.

Le mal est fait et il est difficile de revenir dessus, Boris est devenu chmeur et la famille a t clate, Daniela s’en veut de s’tre confie et se sent trahie, ses paroles ont t dformes.

Mais non, je n’ai jamais dit que je voulais me suicider, j’ai juste employ une expression bulgare dans un mauvais franais, dit-elle. Rien n’y fait, le rapport des services de la protection de l’enfance mentionne qu’elle est suicidaire et que l ’attitude du mari y est pour beaucoup. Eh c’est que les Bulgares sont particuliers ! Le bouc-missaire de la bvue est trouv et la machine rien ne saurait plus la faire reculer. Il est certains corps o reconnatre ses erreurs est une humiliation et puis le mal est dj fait, alors autant continuer et d’ailleurs les protestations de Boris tombent point nomm. Le bonhomme ne serait-il pas colrique, violent, mais c’est un danger pour les enfants cela, et puis il empche sa femme de se soigner, videmment c’est cause de lui qu’elle est malade !

Sr que si Daniela divorait et nous racontait la vrit que l’on veut entendre, les choses pourraient s’arranger. Il nous faut un bouc-missaire vous dis-je. Qu’importe d’ailleurs si les experts judiciaires et psychiatriques bulgares attestent des capacits de bon pre de famille de Boris, de son comportement affectueux et responsable avec les enfants. Des Bulgares vous dis-je, leurs critres en terme de parentalit doivent tre diffrents, forcment, imaginez vous cela une famille de Bulgare, a vit pas dans les roulottes chez eux ?

La suite de l’affaire est cousue de fil blanc, elle ressemble bien d’autres affaires et elle ne se rgle pas d’elle-mme. La descente aux enfers est complte, un rapport uniquement charge sur la foi des dclarations de la dnonciatrice, tout lment dcharge tant, leur sens, de peu d’intrt. Une assistante ducative briefe pour rdiger le rapport qui convient et qui devrait se satisfaire de ce que de telles affaires justifient l’existence de son poste.

Oui parce qu’il faut bien le dire, qu’importe l’erreur d’apprciation, aprs tout les placements abusifs cela existe et s’il y en avait moins on pourrait s’attendre des suppressions de poste dans les services de la protection de l’enfance. Et en y rflchissant un peu, nul n’est vraiment innocent, vous-mmes qui nous lisez, ne pensez vous pas qu’avec vos pratiques ducatives habituelles vos enfants seraient mieux placs en foyer ou famille d’accueil ? Non vraiment, vous ne savez pas vous remettre en cause alors !

Mais passons, les raisonnements d’une partie trop importante des professionnels des services sociaux sont aberrants mais d’une froide logique puisque la misre sociale est leur mtier. Je suis fonctionnaire de l’aide sociale l’enfance et je suis l pour vous aider !

Aide sociale l’enfance vraiment, en quoi les enfants de Boris et Daniela ont-ils t aids ?

Bulgares eux aussi, ils ont perdu le contact avec leur langue et leur culture d’origine. Ils ont t assimils pour vivre en bons franais qui croient encore au papa Nol tat (il faut rappeler que les Bulgares ont eu la chance de vivre sous un rgime communiste mais ont fini par chasser ce bienveillant rgime : que les enfants gotent au moins l’Etat nounou de l’exception franaise !).

Le fils an a t plac dans une famille d’accueil, il a t spar de ses deux cadettes hberges dans une autre famille dans laquelle, elles seront victimes de mauvais traitements physiques et psychologiques. Eh oui, c’est pas si difficile d’tre famille d’accueil et ce cas l n’est pas isol non plus.

Les enfants sont tristes, leur contact avec les parents sont un dchirement lors de la sparation dont sont tmoins des ducateurs car toutes les visites sont mdiatises.

Boris et Daniela savent que leurs deux filles sont l’objet de mauvais traitements. Et l on va encore descendre plus bas dans la maltraitance institutionnelle, car Boris en dnonant la situation d’urgence de ses filles va perdre le droit de les appeler, sa parole n’est pas crdible et celle de la famille d’accueil va l’accabler et sera pour beaucoup dans la prolongation de la sparation. La justice reconnatra plus tard la vracit des propos du pre au sujet de cette famille, mais la punition de Boris et de ses enfants n’est pas rversible.

Ne supportant plus cette situation, Daniela ne veut plus revenir en France et parle ses enfants au tlphone.

Annes aprs annes les mesures de placement sont reconduites. Elles le seront tant que Boris ne comprendra pas le bien-fond de telles mesures et mme si une association, bien franaise celle-l, lui reconnat amplement les qualits d’un pre attentif.

Dans leur malheur, les enfants sont de bons lves, mais ils l’taient dj avec Boris et Daniela, ils peuvent compenser leur malaise par les tudes. L’institution en vient œuvrer pour qu’ils oublient leurs parents, peut-tre pour allger leur douleur ?

Ah si Boris acceptait de s’accabler et de reconnatre ses torts – quitte les inventer – , on lui rendrait peut tre enfin ses enfants ! Enfin, pour ceux qui en d’autres temps d’autres poques ont connu les pratiques de l’auto-critique le peloton n’tait jamais bien loin.

Xavier Collet




:
0
0




«  , 2017  
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031